moteur de recherche

SCIENTIFIC AXES
French  English  

Axe 1 : Transformations spatiales et rapports sociaux

L’axe « Transformations spatiales et rapports sociaux » réunit une vingtaine de chercheuses et chercheurs du laboratoire. Il s’agit à partir de terrains d’études et de grilles de lectures disciplinaires différentes – géographie et histoire sociales, sociologie des activités physiques et sportives – de réinterroger ce qui se joue entre la production de l’espace et les configurations ou les évolutions des sociétés d’hier et d’aujourd’hui. Ce « entre » et ce « et » témoignent du refus de considérer l’espace comme un donné inerte ou un simple cadre d’observation des évolutions sociales, mais de l’appréhender comme une construction sociale et un enjeu de pouvoirs.

Lieu d’interaction privilégié entre espace et société, la ville – ancienne ou contemporaine – constitue le point d’intersection privilégié de plusieurs recherches même si d’autres grilles d’entrée (le tourisme par exemple) ne relèvent pas des études urbaines. Le terme de « transformation » souligne également qu’il s’agit de dépasser l’observation statique ou structurelle des rapports sociaux dans un territoire donné pour mettre l’accent sur les dynamiques par lesquelles les sociétés et les espaces qu’elles occupent, se disputent, interagissent et se reconfigurent régulièrement. La mise en débat des références théoriques constitue un des enjeux du travail collectif, de même que les méthodes mobilisées (quantitatives ou qualitatives) ou les corpus (de l’archéologie aux enquêtes sociologiques).

Projet Scientifique de l'axe 1

Axe 2 : Institutions, actions et logiques de pourvoir

Dans l’axe « institutions, actions et logiques de pouvoir » convergent deux lignes de recherches : les enquêtes sociologiques sur l’impact des politiques publiques et les analyses historiques sur les dynamiques politiques, considérées en dehors de leur dimension spatiale (contrairement à l’axe 1). Cette convergence, qui vise à favoriser la collaboration interdisciplinaire, se fonde sur le constat que dans les deux cas, les recherches interrogent l’interaction entre institutions formelles et informelles (villes, institutions locales, États et organisations internationales, partis, organisations, groupes d’intérêt). Les résultats atteints dans le précédent contrat suggèrent de mettre au centre de l’attention la pluralité des sujets politiques impliqués, pluralité particulièrement présente dans le contexte urbain qui sert de cadre à la plupart des analyses.

La considération de cette pluralité permettra d'éviter la réduction du jeu politique à l'opposition rigide entre institutions publiques et acteurs privés, insuffisante pour comprendre les sociétés du passé comme celles contemporaines. Pour interpréter cette complexité des acteurs de la sphère publique, les recherches de cet axe s'articuleront autour de trois thèmes interconnectés : les moments de redéfinitions, les conflits et les représentations.

Projet scientifique de l'axe 2

Axe 3 : Travail, emploi, pouvoir

L’axe « Travail, emploi, pouvoir » vise à interroger les rapports sociaux et les rapports de pouvoir au travers des activités laborieuses en mettant à profit les questionnements, les méthodes, les outils et les références issus des différentes disciplines qui structurent le laboratoire. Il s’agit d’approfondir la complexité des identités professionnelles.

Il ne s’agit donc pas de faire une histoire, une géographie, ou une sociologie du travail, mais d’interroger dans la longue durée la diversité des configurations sociales qui s’expriment au travail, ainsi que les micro-dynamiques de pouvoir qui circulent dans les lieux de travail.

Projet scientifique de l'axe 3

Axe 4 : Circulations des personnes, des objets matériels et culturels

La problématique commune de l’axe 4 est celle des circulations et des transferts. Afin de décliner une perspective aussi vaste, en fonction de problématiques et de terrains distincts, une vingtaine de chercheuses et chercheurs intéressés se sont regroupés afin de produire une réflexion épistémologique conjointe. Il s’agit tout d’abord d’analyser l’articulation entre les circulations - tant humaines que financières - et la production d’identités diasporiques associées à des transformations urbaines. En contre-point, on s’intéresse à des circulations d’objets plus proprement immatériels : normes politiques, culturelles, urbaines ou juridiques. Le précepte énoncé par Michel Espagne en 2013 prend ici tout son sens : « Transférer ce n’est pas transporter, mais plutôt métamorphoser ». Enfin, une troisième thématique rassemble les chercheuses et chercheurs désireux d’analyser le « voyage » comme un utile pas de côté, apte à saisir les articulations entre le local et le global.

Projet scientifique de l'axe 4

 

Voir le bilan scientifique du contrat 2014 - 2019

 

voir les ateliers et projets de recherche en cours ...

consulter le portail Archives ouvertes (hal) du laboratoire ACP ...

Dernière mise à jour : 03/03/2019