moteur de recherche

Bien vieillir

La gouvernance du « bien vieillir » au niveau local :
le rôle des pratiques physiques

Programme PICRI (2013-2016)

Responsable : Cécile Collinet 
Contact : Christine Caluzio

La société vieillit. On l'entend partout, telle une menace. La population âgée devrait augmenter de 75 % en 2020 (pour atteindre quasiment 50 % de la population française en 2050), contrairement aux moins de 50 ans dont la population n’augmentera que de 1 %, puis diminuera jusqu’en 2050. Mais elle n’augmentera pas uniformément selon l’âge. Les retraités (60-80 ans environ) augmenterons de 36 % alors que la « vieillesse dépendante » (plus de 80 ans) augmentera de 71,2 % (INSEE, 2005).

La dépendance est un sujet auquel les politiques entendent s’atteler tant l’espérance de vie s’allonge. « Dans une société où le corps à travers la santé, la beauté, la performance devient un objet de culte, la vieillesse peut être considérée comme un danger. » (Feillet, Roncin, 2006) Vieillir fait peur lorsqu’on pense aux transformations de l’organisme avec l’avancée en âge. Ce thème est par ailleurs largement investi par la littérature sociologique (Charpentier et al., Vieillir au pluriel, Perspectives sociales, P.U. Québec, 2010 ; Caradec V., Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris,  2001).

Notre travail vise à mettre au jour le maillage des différents acteurs et structures qui gravitent et organisent les pratiques physiques des personnes âgées pour comprendre les éléments et rouages de la politique locale en la matière et les formes de coordination, de synergie ou de résistance, d’ignorance entre ces acteurs. En ce sens c’est bien la gouvernance de la question du bien vieillir au travers des pratiques physiques qui nous intéresse. 

Nous nous proposons concrètement de faire une enquête sur deux territoires : le 91 et le 77, deux départements ruraux et assez proches géographiquement afin de faciliter l’enquête de terrain. Les débats sur les transformations de l’action publique locale sous l’angle de la « territorialisation » se sont développés ces dernières années en sciences sociales, nourris d’études sociologiques, politistes, urbanistiques et géographiques, entre autres. Par la transversalité des questionnements révélés, ils donnent à voir à la fois les changements en cours des échelles de pertinence des politiques qui, en France, façonnent et rythment les territoires (entendus, de façon large, comme différents espaces marqués par le fait politique), mais également les évolutions en jeu dans les modes institutionnels et organisationnels de la gestion publique.

Il s’agit pour nous d’étudier les dispositifs locaux de l’action publique en direction de la pratique sportive des personnes âgées et de proposer des moyens et des outils d’amélioration de ces politiques locales.

L’enquête comprendra :

1- La mise au jour cartographique de l’existant en matière de pratique physique des personnes âgées
2- L’étude des acteurs, des structures des dispositifs de gestion et d’organisation des actions en direction de la pratique sportive des personnes âgées
3- La réalisation d’une enquête de terrain auprès des personnes âgées pour sonder leurs besoins, désirs et problèmes en matière de pratiques sportives
4- Proposer des outils et modes d’action visant l’amélioration de l’existant