moteur de recherche

Privilèges

Les Privilèges économiques en Europe, XVe-XIXe siècles :
étude quantitative et comparative

Programme financé par l’ANR, 2012-2015
Responsable de l'équipe Italie (UPEMLV) : Corine Maitte

Présentation

Le projet PRIVILEGES a pour finalité l’étude quantitative et comparative en longue durée (XVe-XIXe siècles) des privilèges économiques dans quatre aires politiques et linguistiques distinctes: l’aire germanique, l’Angleterre, la France et l’Italie. L’objectif opérationnel central du projet est la constitution d’une base de donnée des privilèges octroyés dans ces territoires, outil ressource qui sera mis à disposition de l’ensemble des chercheurs intéressés, à partir d’un site de mise en ligne.

L’enjeu du projet PRIVILEGES est clair : il s’agit de comprendre, dans la longue durée de l’existence de cette institution, la manière dont celle-ci contribue à la mobilisation et l’allocation des ressources, à quelles attentes et buts poursuivis elle répond du côté des acteurs et du côté de la puissance publique, et quelles dynamiques économiques, entrepreneuriales, spatiales, elle a contribué à impulser ou à porter.

Quoique les enjeux du projet PRIVILEGES se situent sans ambiguité dans le champ de la connaissance historique, sans doute n’est-il pas inutile de souligner l’actualité du thème des privilèges, dont certains juristes ou politistes n’hésitent pas à diagnostiquer le retour dans le contexte d’une fragmentation politique post-moderne et à souligner l’importance dans la constitution de droits particuliers en Europe, droit commercial ou droit des affaires par exemple. Les défis de la construction européenne et les interrogations qu’ils suscitent dans le registre identitaire ou sur fond de tension entre uniformisation et reconnaissance des traditions nationales renforcent pour les acteurs la pertinence et le besoin d’une mise en perspective historique. La notion de service public et les débats autour des modalités de prise en charge de services collectifs universels, originellement liés à la notion de privilège et à celle de monopole, constituent un exemple de ces enjeux dont la claire vision pour l’avenir requiert de lui donner une profondeur historique. Cette entrée en matière permet de marquer d’entrée l’historicité d’un concept dont il convient de cerner la signification au-delà de celle dont l’investissent, et, pourrait-on dire, l’affadissent les emplois contemporains lorsqu’ils ne s’appuient pas sur des repères disciplinaires clairs.

Le projet est multi-sites ; il associe les universités de Paris-I (UMR 8533 Institution et dynamiques historiques de l’économie (IDHE) ; responsable projet : Dominique Margairaz ; aire géographique : France), Paris 7 (EA 337 Identités-Cultures-Territoires (ICT) ; responsable projet : Liliane Hilaire-Pérez ; aire géographique : Angleterre), Paris-Est Marne-la-Vallée (EA 3350 Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs ; responsable projet : Corine Maitte ; aire géographique : Italie), ENS-Lyon (UMR 5190 Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA); responsable projet : Guillaume Garner ; aire géographique : Allemagne).

Dominique Margairaz, de l’université de Paris-I assure la coordination générale. Les quatre sites sont autonomes, chacun gérant une équipe de travail et une aire géographique.

En ce qui concerne l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, l’équipe, coordonnée par Corine Maitte, est composée de Francesco Ammannati, Marco Belfanti, Guillaume Calafat, Andrea Caracausi, Beatrice Zucca-Michelotto. Les dépouillements concernent les sites de Venise, Florence, Turin et Mantoue.